cbo_images cbo_images cbo_images
se_module_calendrier_110 - style=background_poster - background=
<<   201608<20177 août 2017 >20179   >>201808
lun mar mer jeu ven sam dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
110201708

Deux paroisses pour une seule commune

Vie Culturelle
Le Clos Doreau Le Clos Doreau

Le Clos Doreau était le manoir seigneurial de Foudon.
Il a été bati à la fin du XVIème siècle.
Propriété à partir d 1680 de la famille Martineau, il échut à la veille de la Révolution à un cousin : Jean Marie Auguste Trouillet de Bléré, qui devint ainsi Seigneur de Foudon.

Archives départementales CICP46 n°1606



Jean Marie Auguste Trouillet Le dernier Seigneur de Foudon

Jusqu'à la veille de la révolution, s'était maintenu le vieux principe féodal : nulle terre sans seigneur".
Par le jeu des héritages, Jean Marie Auguste Trouillet de Bléré devint peu avant 1789 : Seigneur de Foudon.

Né à la Bertière du Plessis-Grammoire le 27 mars 1740. Baptisé dans l'église ds cette paroisse le 26 avril 1740 après avoir été ondoyé à la naissance, son père était "Messire René Nicolas Trouillet Chevallier Seigneur de la Bertière conseiller du Roy en son parlement de Bretagne".

Lieutenant des vaisseaux du roi.
Chevalier de l'ordre royal et militaire de saint Louis.

Il mourut sans descendance, le 20 février 1822 dans son hôtel rue du cornet à Angers, hôtel aujourd'hui disparu.
Archives départementales CICP46 n°1606










Archives Départementales C320 La municipalité de Foudon en 1787

De même que pour le Plessis, nous avons ici la liste des membres de la municipalité de Foudon élus en 1787.

Le syndic est Jacques Decoue
Le seigneur est Trouillet de Bléré.
Le curé est Dinan.

Le syndic a cru bon de la compléter en portant divers renseignements concernant sa paroisse. Quelques uns sont transcrits en clair ci-dessous.

Archives départementales C320



Archives Départementales C320 La municipalité est légale et il n'y a point de parents.
La paroisse est du Grenier ... d'Angers et y lève vingt et un minotiers...
Il n'y a point d'employés des fermiers.
Point de réparation à faire ni à l'église , ni au presbitère.
Point d'étalons, et point de juments poulinères, la paroisse manquant de près.
Point de moutons, ni moyen d'en élever.
Point de manufactures, ni fours d'aucune espèce.
Point de chirurgien, il y en a un dans la paroisse voisine.
Point d'artiste vétérinaires, il y périt quelques bestiaux.
Angers est le marché le plus proche, le chemin pour y venir est très mauvais, on trouverait difficilement quelqu'un qui voulut contribuer à le réparer.