cbo_images cbo_images cbo_images
se_module_calendrier_110 - style=background_poster - background=
<<   201608<20177 août 2017 >20179   >>201808
lun mar mer jeu ven sam dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
110201708

Le grand Loiron

Vie Culturelle

Le Manoir du Grand-Loiron est inscrit aux Monuments Historiques pour ses façades, les toitures des bâtiments du manoir qui comprennent le logis d'habitation, l'ancienne chapelle du 17 ème siècle, l'écurie, et les piliers des anciens portails (inscription par arrêté du 16 juillet 1968).

LOIRON (Le Grand-) " Ham., c ne du Plessis-Gr., dépendait jusqu'en 1811 de la c ne de Brain-sur-l'Authion,. - Anc. terre noble avec manoir et chapelle entourés de jardins et d'avenues. En est sieur René Lepoinctevin 1574, Jean Fleuriot 1618 - n. h. Charles Séguin, mari de Renée Fleuriot, 1664, René-Augustin Séguin 1700, François Lesourd, conseiller à la Prévôté d'Angers 1704, Marie Chaloux*, veuve Lesourd, 1737, Marie-Françoise Lesourd, veuve Drouet, 1770 (E 771-772);
(le Petit-), ham., c ne du Plessis-Gr., jusqu'en 1811 dépendait de la cne d'Andard. "
* lire Choloux
Dictionnaire de Maine-et-Loire, édition 1878.


" Loiron (Le Grand) - C ne du Plessis-Grammoire.
Ancienne terre noble. Avant 1811 faisait partie de la C ne de Brain-sur-L'Authion.-(Le Petit-), C ne du Plessis-Grammoire. Avant 1811 faisait partie de la Cne d'Andard. ".
Dictionnaire de Maine-et-Loire, édition 1978,



On peut, en outre, préciser que Loiron relevait féodalement de la seigneurie de Longchamps à Saint-Sylvain à 2 deniers de service annuel (actes ADML 771-772) et que les biens de René Lepoictevin et Catherine Cochelin sa femme étant partagés en 1587 (acte ADMLE315) le 4 ème lot, constitué par Loyron, échut à honorable homme Jehan Le Poinctevin leur second fils. Cette succession comprenait la Grande Maison de Brain, le Bois du Vivier, Monceaux, Loyron, le Pin Doré, une closerie au Plessis-Grammoire, une maison sur Saint Nicolas et la métairie de la Joulainerie,
En 1716, Loiron, vendu sur René-Augustin et Jean-Mathurin Séguin, est expertisé; les bâtiments sont alors dits pour la plupart en ruine (IB 823).
En 1723 Loiron appartient à François Lesourd de la Clémancière et en 1765 à sa fille Marie-Françoise, veuve de Joseph Drouet, écuyer, officier de Sa Majesté.


De nos jours il appartient à la famille TURC.